Hypnose Ericksonienne

Home / Hypnose Ericksonienne
arrierplan

“ La première chose à faire en psychothérapie est de ne pas essayer
de contraindre l'être humain à modifier sa manière de penser ;
il est préférable de créer des situations dans lesquelles l'individu
modifiera lui-même volontairement sa façon de penser. ”

M.Erickson

L’histoire de l’hypnose Ericksonienne

Il est généralement admis que l’histoire de l’hypnose commence au XVIIIe siècle avec le médecin allemand Franz Anton Mesmer. Mesmer est le premier à avoir l’ambition de donner une interprétation enfin rationnelle à des phénomènes que l’on peut décrire sous le terme général de « transe ». Il émet l’hypothèse de l’existence d’un fluide magnétique universel dont on peut faire une utilisation thérapeutique.

Braid définit l’hypnose comme un « état de sommeil nerveux » dans lequel il est facile de plonger une personne en utilisant l’induction par la fixation sur un objet brillant. Il utilise cette méthode, notamment pour obtenir l’anesthésie lors d’interventions chirurgicales.

L’âge d’or de l’hypnose en France, de 1882 à 1892, est marqué par les polémiques entre l’École de la Salpêtrière de Jean-Martin Charcot et l’École de Nancy de Hippolyte Bernheim. Tandis que Charcot utilise l’hypnose dans une perspective expérimentale, notamment pour mieux comprendre les paralysies hystériques et les différencier de paralysies dues à des lésions organiques identifiables par la méthode anatomo-clinique,

Bernheim se concentre sur l’utilisation thérapeutique de l’hypnose, qu’il finit par réduire à la suggestion.

Hippolyte Bernheim, définit l’hypnose comme un simple sommeil produit par la suggestion et susceptible d’applications thérapeutiques.

En 1885, Sigmund Freud passe quatre mois à la Salpêtrière avec Charcot.
Il décide d’appliquer la méthode de Pierre Janet qui est parvenu à guérir des malades de leurs symptômes en retrouvant sous hypnose divers souvenirs traumatiques de leur enfance.

Définition

Milton Erickson

Citations de Milton Erickson

Ton conscient est très intelligent, mais, à côté de ton inconscient, il est stupide

En hypnose, je pense que la meilleure chose à faire, c’est d’utiliser toutes les ressources possibles. C’est du registre de l’enfance.

Définition de l’hypnose

L’hypnose est un état temporaire d’attention modifiée dont la caractéristique est une suggestibilité accrue.

Un état de conscience dans lequel vous présentez à votre sujet une communication, avec une compréhension et des idées, pour lui permettre d’utiliser cette compréhension et ces idées à l’intérieur de son propre répertoire d’apprentissages.

Milton Erickson (1901-1980), psychiatre américain, a passé une partie de sa vie à étudier l’hypnose et son utilisation en psychothérapie.

Erickson était convaincu qu’aucune théorie psychologique ne pouvait rendre compte de l’infinie diversité des êtres humains. C’est pourquoi il considérait que la manière d’aider une personne à résoudre ses problèmes devait toujours être développée sur mesure, pour pouvoir répondre à ses besoins uniques.

Pour lui, les théories sur les manières de penser et de se comporter risquent le plus souvent de nous enfermer dans des perceptions et des attitudes inadéquates c’est pourquoi, pour lui, il n’y a de thérapie que si le thérapeute réussit à découvrir ce qui convient à cette personne particulière en ce moment particulier.

Dans son enseignement en psychothérapie, Erickson apprenait à ses élèves à bien observer le patient sans avoir d’idées préconçues sur lui. Il considérait en outre que l’apprentissage de l’hypnose et de l’autohypnose était un excellent moyen pour le thérapeute de développer ses capacités d’observation. Il soulignait qu’il était lui-même le plus souvent en transe lorsqu’il menait des séances de thérapie.

Un des apports fondamentaux d’Erickson en psychothérapie est l’idée que l’inconscient de la personne est une partie utile pour elle . Pour Erickson, l’inconscient est la source des énergies nouvelles que le patient ignore et auxquelles il devra apprendre à faire une place de plus en plus grande. Le souci principal du thérapeute doit être de découvrir ou, mieux encore, de faire découvrir les ressources, ignorées du patient, qui vont lui permettre d’opérer en lui une modification.

Pour Erickson, chacun a en lui les ressources, la capacité de soulager ses propres souffrances et de résoudre ses problèmes d’une manière qui ne doit pas nécessairement être comprise au niveau cognitif.
Dans les années 1980 de nouvelles pratiques thérapeutiques utilisant l’hypnose voient le jour, dont la « Nouvelle Hypnose », la Programmation neuro-linguistique (PNL) et les thérapies brèves, inspirées en partie des travaux de Milton Erickson. Ainsi, chaque école tend à particulariser puis déployer tel aspect de la pratique complexe d’Erickson.

Émissions et podcast sur l’hypnose

Bibliographie

« L’homme de février » Milton Erickson

« Ma voix t’accompagnera » Milton Erickson

« Un séminaire avec Milton Erickson » jk zeig

« Les frontières dans les relations humaines » Anné Linden

« Un cerveau pour changer » Richard Bandler

« Contes et métaphores thérapeutiques : apprendre à raconter des histoires qui font du bien » David Gordon

« Métaphores et suggestions thérapeutiques “American society of clinical hypnosis

« Guérir de l’abus sexuel et revivre : Techniques centrées sur l’hypnose Ericksonienne pour le traitement des adultes » Yvonne Dolan

« Le grand livre de l’hypnose » Docteur Grégory Tosti

« Hypnose » Olivier Lockert